Je suis intervenu le 2 mars 2020 sur RTL dans l’émission “On est fait pour s’entendre” de Flavie Flament, qui traitait ce jour-là du burnout. Je raconte ci-dessous cette aventure enrichissante, qui constitue un vrai challenge pour une personne se remettant encore d’un burnout. Et pour écouter l’émission, c’est par ici !

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Un message improbable

Un matin de février, j’ai eu la surprise de recevoir sur le compte Instagram du Journal du Burnout un message de RTL : Flavie Flament enregistrait l’après-midi-même son émission “On est fait pour s’entendre” sur le burnout, et ils souhaitaient que je témoigne. Coup de stress, doute. Certes, je vais bien mieux. Mais ai-je suffisamment récupéré ? J’essaie de mobiliser la confiance en moi, bien retrouvée depuis quelques mois, qui semble avoir fondu comme neige au soleil à la simple évocation de cette émission, que je vois autant comme un challenge que comme une opportunité !

Je sais parler, je le fais toutes les semaines devant ma caméra. Je n’ai pas peur de parler en public, j’ai déjà donné des dizaines de conférences, parfois devant plusieurs centaines de personnes. Mais c’était dans ma vie précédente. En suis-je toujours capable ? J’essaie de me convaincre que oui. Et c’est quand j’apprends que l’émission sera diffusée en différé que je me dis qu’il faut que je le fasse. Après tout, si je me plante, ils pourront toujours me couper au montage !

Je commence dans la matinée par un échange d’une vingtaine de minutes avec une personne de l’équipe, qui me briefe tout autant qu’il m’interroge. Je comprendrai pendant l’émission que cela sert notamment à préparer des notes pour l’animatrice, lui permettant de m’introduire, de m’interroger, et de passer plus facilement d’un sujet à l’autre.

L’enregistrement

Puis vient l’enregistrement l’après-midi. Au téléphone, j’entends le début de l’enregistrement. J’apprends alors avec plaisir que parmi les deux invités en plateau, il y a Anne Everard, une auteure très engagée contre le burnout en France et en Belgique, avec qui j’avais échangé auparavant, et que j’apprécie beaucoup. Je ne connaissais pas le deuxième invité, Saverio Tomasella.

J’interviens en tant que deuxième témoin, à la moitié de l’émission. Très bien briefée sur ma situation, Flavie Flament m’interroge sur mon parcours, mon burnout… Rien n’est préparé, j’improvise donc mes réponses au fur et à mesure. Mais, depuis 5 mois que je parle de burnout, je commence à maîtriser le sujet !

Je m’étais dit qu’il fallait que je parle de mes vidéos, que c’était une excellente opportunité de donner un peu plus de visibilité à ce média sur lequel je parle de burnout, entre témoignage, information et conseils. Sauf que, forcément, ma timidité prend le dessus et je n’ose pas en parler. Certes, j’ai mentionné au détour d’une phrase que je réalisais des vidéos, mais je n’ai donné ni mon nom ni le nom de ma chaîne… Mais là, coup de bol : c’est elle qui me pose la question ! Je peux donc assurer le petit moment #autopromo et mentionner le Journal du Burnout.

Elle me dit pour finir que j’ai une très jolie voix et que je devrais faire de la radio. Et, on ne va pas se mentir, ça m’a fait plaisir 🙂 (j’en ai d’ailleurs beaucoup entendu parler dans les jours qui ont suivi !)

Et alors ?

Pour moi qui ai l’habitude de créer et de maîtriser de bout en bout mes vidéos, un exercice comme celui-là comporte forcément une part de frustration. Entre les sujets sur lesquels on ne me donne pas la parole, les questions qui ne sont pas exactement celles que je me serais posées, les points sur lesquels je me dis après coup que j’aurais dû présenter les choses autrement… Le perfectionniste en moi ne peut s’empêcher de voir tous ce que j’aurais pu faire de mieux (et d’entendre la qualité abominable du son due à l’enregistrement par téléphone).

Mais le nouveau moi, celui qui est tombé dans le burnout et s’en est relevé, est ravi. Je suis content d’avoir eu cette opportunité de partager mon expérience, partager mes conseils. Je suis content de cette expérience nouvelle pour moi (c’est vrai après tout, c’était la première fois que je passais à la radio) !… Et je suis content d’avoir su, finalement, relever ce défi !

Et si vous voulez entendre le résultat diffusé le 2 mars, vous pouvez retrouver l’émission ci-dessous, j’interviens à partir de la 18ème minute !

Abonnez-vous pour ne manquer aucune vidéo !

Photo by Will Francis on Unsplash

Abonnez-vous pour ne manquer aucune vidéo

Suivez-moi pour ne rien louper !

Vidéos et réflexions sur le burnout et le développement personnel :


Pierre Simonnin

Entrepreneur, j'ai moi aussi connu les "joies" du burnout, et j'ai choisi de partager cette expérience pour aider à faire connaître et reconnaître cette maladie encore trop méconnue.

Ne ratez aucune vidéo,
abonnez-vous à la chaîne !